Après le viol : reprendre possession du corps

Et à cet instant ma voix a sauté par-dessus le bord de ma gorge, atterri tout en bas de mon ventre et est restée cachée pendant des mois. Toutes les différentes parties de moi se sont éteintes. Les volets et les portes se sont fermé·e·s. Je me suis cachée dans une armoire en haut dans mon esprit, pendant que quelqu’un venait briser toutes les fenêtres. Toi, quelqu’un, a enfoncé la porte, tu as tout pris. Toi, quelqu’un, m’as prise.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑