Louise Michel : communarde et féministe

Louise Michel née le 29 mai 1830 en Haute-Marne. Elle était la fille d’un châtelain et de sa domestique et souffrait beaucoup de son statut de bâtarde. Cependant il lui donnait la chance d’accéder à une éducation plus riche que celle des filles de son époque. Très tôt déjà elle faisait preuve d’une grande curiosité intellectuelle, et n’aspirait pas au mariage, mais au savoir et son partage en choisissant le métier d’institutrice. Bien que son rêve soit avant tout de devenir poète.

Elle arrive à Paris en 1856 pour mieu combattre l’empire, et ouvre un externat à Montmartre : « La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation, est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter. ». Elle souhaite que les filles aient la même éducation que les garçons, et veut tout leur apprendre, les mathématiques, le théâtre et même l’éducation sexuelle. Alors qu’à l’époque on enseignait aux filles que le catéchisme et les travaux d’aiguille. Elle écrit d’ailleurs : “Jamais je n’ai compris qu’il y eut un sexe pour lequel on chercha à atrophier l’intelligence”.

Pendant le siège de Paris, elle est présidente du comité républicain de vigilance des citoyennes du 18ème arrondissement. Fin novembre 1870, elle est arrêté pour avoir organisé une manifestation de femmes réclamant de défendre la patrie, mais cette arrestation ne la décourage pas. Pendant la commune elle se bat sur les remparts aux côtés des hommes, quelquefois habillée en garde national et inspire beaucoup de ses contemporaines anonymes à en faire autant. Elle était si douée pour le combat que Victor Hugo écrira un poème sur celle qui selon lui est  “Plus grande qu’un homme”. Elle se bat sans crainte pour tenter de créer une ville idéale à Paris. Une ville où l’on donnerait à chacun selon ses besoins, où tout le monde aurait accès à l’éducation, où les femmes auraient le droit de voter,  de s’éduquer et de disposer de leur corps. Malheureusement cet idéal sera réprimé très violemment. Plus de 20 000 personnes mourront sur les barricades pour le défendre. Les survivants seront déportés. Louise Michel se cache avec succès, mais se trouve obligée de se rendre quand sa mère est prise en otage.

Le 24 mai 1871, elle est incarcérée à la prison de Satory. A son procès elle se présente voilée de noire, ce qui lui vaudra le surnom de “vierge noire” de la commune. Au lieu de se défendre, elle revendique tout ce dont elle est accusée, et réclame la peine de mort pour elle-même ! Ce qui la rend célèbre à l’époque, dans tous les journaux, partout en France. Elle sera finalement condamnée à la déportation à vie en Nouvelle Calédonie. Mais elle reviendra en France faisant un retour triomphal, elle se consacre à l’avènement de l’anarchie, en donnant des conférences dans toute la France, et en publiant une bonne quinzaine de livres, destinés à faire prendre conscience de la “question sociale”. Pourchassée par la police comme meneuse, elle est emprisonnée plusieurs fois, mais ne se décourage jamais. Quand elle décède le 9 janvier 1905, plus de 100 000 personnes suivront son enterrement.

A une époque où le terme féminisme est peu utilisé, le féminisme de Louise Michel est égalitariste “ je revendique les droits de la femme non servante de l’homme”. Elle dénoncera toute sa vie la condition féminine “Esclave est le prolétaire, esclave entre tous est la femme du prolétaire”.

Sources pour aller plus loin :

 

Merci à mes tipeureuses et n’hésitez pas à m’envoyer un tip ici si cet article vous a été utile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :