Faire le gay, ça vous fait rire ?

Avertissement: Cet article contient des descriptions de violences sexuelles.

On observe souvent, chez les hommes en particulier, une tendance très répandue, à imiter les « gays ». Des personnes qui pensent être dans un groupe entièrement hétérosexuel se comportent comme des caricatures homosexuelles pour « s’amuser ». L’hétérosexualité ne fait rire personne, mais l’homosexualité oui. Il ne s’agit pas seulement de faire rire, mais pire encore, faire semblant d’être gay pour prouver qu’on ne l’est pas, et que l’on est pas homophobe : « Je ne suis pas homophobe, je roule des pelles à Jean-Luc en soirée. Et les mains aux fesses ne cessent jamais entre moi et Robert ».

Ce comportement est homophobe car il présente l’homosexualité comme une orientation risible et ridicule. On ne fait jamais semblant, par exemple, d’être hétéro, juste pour s’amuser. Ce n’est pas quelque chose de drôle et c’est beaucoup plus difficile de plaisanter là-dessus. Un homme cis ne pourra pas embrasser toutes les femmes présentes dans un bar pour « jouer » à l’hétéro. De plus, les femmes présentes seront sans doute contre. Ce comportement n’est pas condamné par la société ou considéré comme homophobe aux yeux de la loi.

Mais ce qui est très grave dans ce comportement, et en particulier entre hommes, c’est qu’on finit par effacer le caractère sexuel des actes commis, et de toute forme d’attouchement entre hommes hétérosexuels. De ce fait, Jean-Luc n’a pas le droit de dire non, son consentement n’est pas important. S’embrasser entre hommes identifiés comme hétéros ce n’est pas gay, ce n’est pas sexuel, ça ne peut pas être une agression. Tout est désexualisé, au point que les hommes, quand ils sont victimes d’attouchement sexuels, vont se taire et subir. Refuser ces actes sexuels sera vu paradoxalement comme homophobe ou perçu comme une preuve de l’homosexualité de la personne visée. Parce que, étrangement, s’il existe au sein du même groupe un homme ouvertement homosexuel, ce comportement aura moins de chances de se produire. En résumé, l’idée reçue est la suivante : un homme qui embrasse un homo c’est gay, deux hommes hétéros qui s’embrassent ça ne l’est pas.

Ce comportement installe une logique selon laquelle les attouchements entre hommes sont toujours sans connotation sexuelle possible. L’homosexualité entre hommes est ainsi effacée. Si un homme vous bloque contre un mur en vous agrippant le paquet, il « plaisante », alors que vous êtes en réalité victime d’une agression sexuelle.

Une affaire encore récente, racontée dans le Parisien montre bien que cette façon de pensée est très dangereuse et conduit à des dérives extrêmes. En mai 2012 un sapeur-pompier de 28 ans a subi un bizutage atroce : fessée, morsure sur les fesses jusqu’au sang et viol avec une bouteille. La ligne de défense des agresseurs : “Plusieurs des pompiers reconnaissent avoir participé à un bizutage. Mais ils nient toute forme de violence sexuelle”.

Si on veut permettre aux hommes victimes de viols ou d’agressions sexuelles de s’exprimer, il faut bannir ce comportement. Deux hommes qui s’embrassent, c’est un acte sexuel. Ça ne se discute pas. Et entre hommes, le consentement doit être tout aussi important que dans les relations hétérosexuelles.

 

 

Credit image : Unbreakable Kimmy Schmidt

Remerciements à mes tipeureux : globaltheater, amiideus, Petiteminipizza, Meedoc, Toto, Veyed, Inès et Deshtat.

Cet article vous a intéressé ? N’hésitez pas à me faire un don sur Tipeee.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :