Agir contre le viol au Liban

L’article 522 de la loi libanaise permet aux violeurs d’échapper à toute poursuite judiciaire en mariant leur victime. Une loi à la logique fondamentalement patriarcale.

Les femmes étant les possessions des hommes et de leur famille. Il serait donc « normal » qu’en réparation de leur préjudice, le violeur épouse sa victime et devienne la personne qui doit subvenir à ses besoins. Cette femme violée était peut-être vierge, et maintenant, couverte de honte par la société, elle ne pourra plus trouver un mari. Cette loi offensante pour les droits des femmes nous rappelle malheureusement cette ancienne loi française sur le rapt. Dans le cas du rapt quand une femme était victime de viol, c’est son mari qui pouvait attaquer le violeur en justice, pour le préjudice qu’il aurait subis.

Des voix se sont élévé.e.s contre cette loi qui viole les droits des femmes. Et deux artistes ont donc décidées de protester. Il faut noter que cette loi a été mise en place depuis des décennies mais elle n’a été que récemment remise en question.

Mireille Honeïn, artiste française originaire du Liban a créé l’installation « Undress 522 ». Plus de 30 robes de mariées pendues entre les palmiers sur les côtes populaires de Beirut. Une installation destinée à mettre en avant la cruauté de cette loi qui condamne les victimes à une vie de douleur aux mains de leur violeur. Soumises et abusées jusqu’à ce que mort s’ensuive.

undress522

La réalisatrice Danielle Rizkallah a réalisé un court-métrage choc. Dans lequel une femme blessée est recouverte de bandages. Peu à peu les bandages prennent alors la forme d’une robe de mariage.

Beaucoup de questions se posent, si ce texte est enfin retiré, qu’advientrait-il de toutes les femmes déjà mariées à leurs violeurs ? Seront-ils enfin poursuivis ? Percevront-elles des aides sociales pour s’en sortir ? La situation est loin d’être réglée. Ces actions sont cependant une grande source d’inspiration pour tout.e.s les militant.e.s. Nous nous sentons parfois impuissant.e.s face aux violences subies par les femmes dans d’autres pays. Mais ne nous laissons pas impressionner. Le pouvoir de la sororité est puissant et ne connaît aucune frontière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :